Le Mouvement National de lutte pour l’Environnement (MNLE) qui était satisfait du fait que la région ait choisi depuis 15 ans de développer le ferroviaire (passage de 250 TER/jour en 2000 à 650 TER/jour en 2015 mais hélas 590 TER/jour début 2017)) ne comprend pas que jeudi 2 février 2017 à l’occasion des Assises régionales des transports, le Président du Conseil Régional Provence Alpes Côte d’Azur ait pu proposer de remplacer des lignes ferroviaires par des lignes de bus sur plusieurs parties de la région : Aix-Pertuis, Gap-Briançon, Tende-Breil, Avignon-Orange.( voir page 3 de son discours publié sur le site de la région)

Que la région ne soit pas satisfaite du fait que la SNCF n’assure pas actuellement un trafic satisfaisant, le MNLE peut le comprendre mais que la Région veuille rajouter encore plus de gaz à effet de serre dans l’atmosphère d’une région où les normes réglementaires sont souvent dépassées, le MNLE ne peut l’admettre : le bus doit rester le complément du train et non le contraire. De plus il n’est pas possible de rajouter des véhicules de cette importance sur les routes de la région où il est déjà difficile de rouler, le risque étant d’augmenter ainsi le temps perdu par les usagers dans des embouteillages inévitables et ce n’est pas en créant des 3emes voies réservées au bus sur les autoroutes que cela résoudra les problèmes.

En application des directives européennes, la Région souhaite également devancer les dates de mise en concurrence des transports ferroviaires. C’est méconnaître les problèmes rencontrés dans des pays comme le Royaume Uni où la mise en concurrence a été mise en place depuis de nombreuses années mais où les 26 opérateurs ferroviaires sont incapables d’assurer un service de qualité malgré des prix de billets très élevés et un large subventionnement. En France la mise en concurrence du fret ferroviaire n’a donné aucuns résultats positifs, en effet la presque totalité du fret ferroviaire d’avant se retrouve maintenant sur la route, le peu d’opérateurs ferroviaires privés n’ayant récupéré que le fret le plus rentable que transportait la SNCF.  Cela veut bien dire que la mise en concurrence n’est pas la solution mais cela veut dire aussi qu’il faut imposer au service public d’effectuer un travail de qualité en lui donnant les moyens de le faire.

Aussi comme les 4556 personnes qui le mercredi 16 février à 20h avaient signé la pétition présentée par 28 Associations ou Collectifs de la région, le MNLE dit :

Ne remplaçons pas les trains par des cars, optons pour la complémentarité.

Change.org – Pétition – Ne remplaçons pas les trains par des cars, optons pour la complémentarité !

MNLE PACA

LAISSER UN COMMENTAIRE