L’enjeu fondamental, s’agissant de l’impact des poussières sur la santé publique, est de réduire la teneur moyenne annuelle. Il ne suffit pas de réduire les pics d’émissions. Il faut donc, entre choses, réduire la densité de circulation. Problème complexe et mal posé. Le diésel sert de bouc émissaire. C’est la question de la densification francilienne qui est en cause et de fait le développement productif. La dimension préventive n’est pas prise en compte. EUROPACITY en est aujourd’hui un exemple malheureux. La métropolisation galopante débouche sur des problèmes de santé publique et ne donne pas les résultats économiques et sociaux souhaitables. C’est le modèle de la globalisation et de la compétition à tout crin qu’il faut revoir.

Ce qui n’empêche pas de mettre au point de véritables solutions curatives adaptées aux usages. C’est par exemple le cas des transports de matériaux utilisés par le génie civil (travaux publics et bâtiment). Il faut également compléter les moyens destinés au recyclage des déchets du génie civil, au traitement des déchets pollués. C’est donc tout le système productif des minéraux et du recyclage des déchets dans le cadre d’une économie circulaire qu’il faut compléter. Il faut en finir avec les exutoires à déchets vers la Seine et Marne et le Val d’Oise. Tout grand chantier doit être relié au rail ou au fluvial. Tous les équipements de traitement et de recyclage doivent également l’être. La puissance publique doit prendre les dispositions pour que ce dispositif multimodal et intermodal soit réellement utilisé. Tous les acteurs concernés doivent être associés à sa définition et à sa gestion. L’Etat met aujourd’hui des sommes considérables pour encourager les achats de véhicules dits propres qui ne contribuent guère à diminuer les émissions polluantes en Île de France. Ce sont plus de 60 millions de tonnes de matériaux et de déchets de chantier qui tous les ans circulent sur les routes franciliennes en camions. Il y a à faire pour la santé et la tranquillité des riverains, tout en économisant sur le budget des routes.

LAISSER UN COMMENTAIRE