Nous prenons connaissance par un communiqué de presse que le Tribunal administratif de Marseille annule l’autorisation d’exploitation de la biomasse pour la centrale thermique de
Gardanne, compte tenu du caractère insuffisant de l’étude d’impact.

Pour répondre aux besoins humains en énergie en respectant les milieux et le vivant l’avenir
est obligatoirement dans un mixte énergétique qui alliera différentes sources d’énergies,
renouvelables et traditionnelles. La production à partir de la biomasse doit faire partie du
mixte énergétique.
Une fois de plus les industrielles prennent des raccourcis et présentent des dossiers qui ne
prennent en compte que l’intérêt comptable et financier en contournant les acteurs locaux et
les populations.
Notre association avait émis des resserves sur le volet importation de bois de ce dossier en
ignorant les propositions de valorisation de la ressource bois issu de notre foret provençale
qui représente un taux de boisement de 48 % sur le territoire.
La région Provence-Alpes-Côte d’Azur est la deuxième région forestière française. Elle
dépasse la moyenne nationale, estimée à 29 %. Sur nos communes la forêt ne cesse de
s’étendre depuis plus de cent ans du fait de la déprise agricole qui laisse des terrains à
l’abandon, libre de reconquête par la végétation ligneuse, exception faite des zones littorales.
Ce n’est pas l’arrêt du projet qui règlera les questions sociales et environnementales mais la
construction d’une alternative assises sur la ressource locale et inter régionale.
Si on considère la bio masse comme un élément constitutif du mixte énergétique on doit :

  • Mettre en place une gestion publique responsable et durable des forêts.
  • Organiser le travail avec tous les acteurs de la filière bois et la valorisation de la
    forêt.
  • Créer un comité de suivi réunissant l’industriel, les partenaires publics (Etat et
    collectivités locales), les partenaires sociaux (organisations syndicales) et les
    représentants des usagers et les associations.

Le MNLE réseau Homme&Nature est convaincu que le site industriel de Gardanne recèle
les savoirs faires permettant l’émergence d’un site de production alliant la recherche et
l’utilisation des nouvelles technologies.
Afin d’apporter notre pierre à la définition d’un projet alternatif nous renouvelons notre
proposition d’une rencontre à Gardanne après le 18 juin afin de sortir des postures
électoraliste et des passions partisanes.
Nous inscrivons cette action dans notre engagement pour la valorisation de la Forêt
Méditerranéenne.

Christian PELLICANI
Président National

Lucien FRAU
Président du MNLE13

Communiqué de presse version pdf

LAISSER UN COMMENTAIRE